Hier soir, alors que le Benjamin s’apprête à me faire l’énième bisou de la soirée avant d’aller au lit, je suis encore loin d’imaginer que je vais grâce à lui le mettre en scène et en écriture tout en tentant de relever le défi mot de janvier d’AngélitaM.

« Maman, franchement, le dentifrice que papa a acheté cet aprèm’ aux courses, il est génial.

-Ah oui?

-Attends, déjà, il est tellement chouette que je me suis brossé les dents en 2 minutes et c’était tellement cool que ça m’a semblé 1 minute.

-Un dentifrice qui accélère le temps? En général, on voudrait tous que le temps passe moins vite…

-Et ensuite, regarde, comme dans la pub, il rend les dents super blanches, mais la pub elle ment.

-Ah ça, mon enfant, à moins de deux jours de tes 12 ans, serait temps que tu t’en aperçusses!

-La pub, elle dit qu’il blanchit les dents en 15 jours. Et moi, elles sont blanches en moins de 2 minutes. »

Ah la pub. Elle fait croire n’importe quoi à n’importe qui, des enfants aux séniors en passant par moi, une des centaines de ménagères de moins de 50 ans qui possèdent une brosse à dents -ssadents-.

Ainsi, si les marques et les annonceurs arrivent à faire avaler tout un tas de boniments aux enfants, pourquoi est-ce que *Maman ne serait pas une marque ou un grand trust?

Maman® ou Maman© , ça le ferait non?